L’industrie du sans-fil contribue 41,2 G$ à l’économie canadienne

Un nouveau rapport démontre comment le secteur du sans-fil stimule la croissance, génère de la richesse et crée de la valeur pour le gouvernement

OTTAWA – Le 31 mai 2011 – Un nouveau rapport réalisé par la firme britannique Ovum Consulting révèle que l’industrie canadienne du sans-fil a contribué 41,2 G$ à l’économie canadienne en 2009. Commandée par l’Association canadienne des télécommunications sans fil (ACTS), cette étude démontre que le secteur du sans-fil a contribué plus de 17,2 G$ directement au PIB par la vente de biens et services, 14,98 G$ supplémentaires en raison des transferts vers les fournisseurs dans la chaîne de production, et plus de 9 G$ en surplus du consommateur — le bénéfice ou la satisfactionsupplémentaires que reçoivent les consommateurs des services sans fil, au-delà de ce qu’ils paient pour ces services.

Ovum s’est également penché sur les investissements faits par l’industrie du sans-fil. En 2009, l’industrie a investi la somme sans précédent de 2,95 G$ en dépenses en immobilisations. Malgré des conditions économiques généralement négatives, l’industrie du sans-fil a engagé dans les réseaux des dépenses en immobilisations de 60 % plus élevées que l’année précédente.

« L’industrie canadienne du sans-fil a toujours eu une forte performance dans l’apport de valeur économique à l’ensemble de l’économie nationale », affirme le président et chef de la direction de l’ACTS, Bernard Lord. « Les bénéfices que le Canada reçoit de l’industrie sont d’autant plus clairs qu’en 2009, alors que l’économie affichait dans son ensemble un recul de 2,8 %, le secteur du sans-fil atteignait des niveaux d’investissement record. »

D’un point de vue historique, l’industrie a investi entre 1,1 G$ et 1,9 G$ chaque année en immobilisations d’équipement et en services de 1996 à 2007. En 2008, l’industrie a déployé 1,84 G$ en équipement et investi 4,26 G$ dans le spectre réservé aux services sans fil évolués (SSFE).

L’étude Ovum révèle également que l’industrie est un grand fournisseur d’emplois : 261 200 personnes ont un emploi en raison de l’industrie du sans-fil. Le secteur du sans-fil offre également des emplois de grande valeur, le salaire moyen parmi l’industrie étant de 60 031 $ alors que le salaire canadien moyen est de 43 895 $. La valeur ajoutée par employé dans le secteur du sans-fil est estimée à 166 000 $ par année, comparativement à 71 000 $ par année pour le salarié canadien moyen.

L’étude, intitulée « L’apport bénéfique de l’industrie canadienne des télécommunications sans fil », est fondée sur des données empiriques de 2009. Les données ont été fournies par des membres de l’ACTS et obtenues de sources accessibles au public y compris le CRTC, Statistique Canada, Industrie Canada et les rapports annuels de télécommunicateurs sans fil, de fournisseurs de terminaux et de fabricants d’équipement de réseau. Les prévisions de revenus et de services dans le secteur du sans-fil émises par Ovum ont également servi à la modélisation. Un sommaire du rapport en français ainsi que le rapport complet en anglais sont disponibles sur le site Web de l’ACTS.

Bernard Lord abordera l’étude plus en détail aujourd’hui à 16 h 30 dans le cadre d’un discours-programme au Canadian Telecom Summit à Toronto.

– 30 –

L’Association canadienne des télécommunications sans fil (ACTS)
L’ACTS fait autorité pour tout ce qui concerne le sans-fil au Canada – ses préoccupations, son évolution et ses tendances. L’Association représente des exploitants de services de téléphonie cellulaire et de communications personnelles (SCP), de radiocommunications mobiles, demessagerie, de télécommunications fixes sans fil et mobiles par satellite, ainsi que des entreprises qui conçoivent et réalisent des produits et services pour l’industrie du sans-fil. (www.cwta.ca)

Personne-ressource à l’intention des médias :
Marc Choma, ACTS
613-233-4888, poste 207
mchoma@cwta.ca