L’apport du secteur du sans-fil à l’économie canadienne atteint
43 milliards $

Un nouveau rapport propose une évaluation des retombées économiques positives de l’industrie des telecommunications sans fil

OTTAWA – Le 4 juin 2012 – L’industrie canadienne des télécommunications sans fil a contribué 43 milliards $ à l’économie canadienne en 2010, selon un rapport produit par la firme britannique Ovum Consulting. Dans un rapport diffusé aujourd’hui par l’Association canadienne des télécommunications sans fil (ACTS), Ovum traduit l’impact économique du sans-fil au Canada en termes de produit intérieur brut (PIB), d’investissements et d’emplois.

Ovum a déterminé que l’industrie des services de télécommunications sans fil a contribué 18 milliards $ directement au PIB canadien et fourni 15,66 milliards $ supplémentaires en flux économiques aux fournisseurs contributifs dans la chaîne d’approvisionnement. Le secteur a également généré un surplus du consommateur, soit le bénéfice ou la satisfaction supplémentaires que reçoivent les consommateurs des services sans fil, se chiffrant à 9,31 milliards $.

« L’industrie canadienne des télécommunications sans fil a démontré une fois de plus son importance capitale pour l’économie et la prospérité de notre pays », affirme le président et chef de la direction de l’ACTS, Bernard Lord. « L’industrie réaffirme son engagement de mettre les réseaux sans fil les plus avancés et les plus fiables à la disposition des Canadiens. »

 Le rapport aborde également les investissements extraordinaires effectués par l’industrie. En 2010, l’industrie a consacré 2,5 milliards $ aux immobilisations, ce qui représente plus de 14 % des revenus agrégés des télécommunicateurs sans fil. Ce niveau d’immobilisations a surpassé la moyenne nord-américaine qui se chiffrait en 2010 à 13,3 %.

Ovum  a également déterminé que l’industrie du sans fil a soutenu plus de 260 000 emplois en 2010. Le secteur du sans-fil continue d’offrir des emplois de grande valeur dont le salaire moyen se chiffre à plus de 64 000 $, comparativement au salaire canadien moyen d’un peu plus de 44 000 $.

L’étude, intitulée « L’apport bénéfique de l’industrie canadienne des télécommunications sans fil pour l’économie canadienne: Une évaluation des retombées économiques » est fondée sur des données empiriques de 2010. Les données ont été fournies par des membres de l’ACTS et obtenues de sources accessibles au public y compris le CRTC, Statistique Canada, Industrie Canada et les rapports annuels de télécommunicateurs sans fil, de fournisseurs de terminaux et de fabricants d’équipement de réseau. Les prévisions de revenus et de services dans le secteur du sans-fil émises par Ovum ont également servi à la modélisation. Un sommaire du rapport en français ainsi que le rapport complet en anglais sont disponibles sur le site Web de l’ACTS.

Bernard Lord abordera les résultats de cette étude de manière plus approfondie dans un discours-programme prononcé aujourd’hui à 12 h 30 au Canadian Telecom Summit à Toronto.

– 30 –

L’Association canadienne des télécommunications sans fil (ACTS)
L’ACTS fait autorité pour tout ce qui concerne le sans-fil au Canada – ses préoccupations, son évolution et ses tendances. L’Association représente des exploitants de services de téléphonie cellulaire et de communications personnelles (SCP), de radiocommunications mobiles, de messagerie, de télécommunications fixes sans fil et mobiles par satellite, ainsi que des entreprises qui conçoivent et réalisent des produits et services pour l’industrie du sans-fil.

Personne-ressource à l’intention des médias :
Marc Choma, ACTS
613-233-4888, poste 207
mchoma@cwta.ca