Statistiques

Incidence sociale et économique

L’industrie canadienne du mobile sans fil a non seulement transformé la façon de communiquer, de travailler et de se divertir des Canadiens, mais elle a aussi énormément contribué à l’innovation et à la croissance économique, ainsi qu’à la lutte contre les changements climatiques.

Apport économique

  • En 2019, l’industrie canadienne des télécommunications (qui regroupe les exploitants d’infrastructure de réseaux qui procurent des services de connectivité sans fil et filaire) a fait des contributions directes au PIB national de 74,5 milliards de dollars, ainsi que soutenu 638 000 emplois. (Accenture, Investir dans l’infrastructure numérique du Canada : l’incidence économique des services sans fil et filaires à large bande et la reprise après la COVID-19, 2020)

  • Cette contribution au PIB est répartie entre 23,5 milliards de dollars (soit 16,46 pour le sans-fil et 7,05 pour le filaire) de retombées directement liées à la chaîne de valeur des fournisseurs de services et en 51 milliards (soit 36,08 pour le sans-fil et 14,2 pour le filaire) en retombées directement liées aux activités d’autres industries qui ont augmenté leurs ventes ou leur production grâce à une meilleure connectivité sans fil ou filaire. (Accenture, Investir dans l’infrastructure numérique du Canada, 2020)

  • Grâce au 5G, environ 250 000 emplois permanents à temps plein seront créés au Canada d’ici 2026. (Accenture, En route vers l’innovation, 2018)

  • Entre 2020 et 2026, près de 150 000 emplois temporaires seront également créés pour la construction et la mise en service des réseaux 5G au Canada. (Accenture, En route vers l’innovation, 2018)

  • On estime que d’ici 2026, l’apport économique au PIB canadien des nouveaux réseaux 5G atteindra 40 milliards de dollars. (Accenture, En route vers l’innovation, 2018)

Réduction de l’empreinte carbone du Canada

Réseaux sans fil de calibre mondial

Malgré le fait que la population canadienne soit dispersée sur un très vaste territoire, les entreprises de télécommunication du Canada ont bâti l’un des réseaux sans fil les plus rapides et fiables de la planète, qui s’étend dans toutes les provinces et dans tous les territoires. Les analystes de réseaux de la firme indépendante Opensignal ont décrit le Canada comme une « superpuissance mondiale du 4G ». Ils sont d’avis que « peu d’États dans le monde sont mieux préparés que le Canada pour déployer les réseaux 5G du futur ». (OpenSignal, State of Mobile Networks: Canada, février 2018 [en anglais seulement])

Rendement

  • Les abonnés des services sans fil au Canada jouissent de vitesses moyennes de téléchargement parmi les meilleures au monde, qui sont 28,7 % plus rapides que les moyennes mondiales. (Opensignal, The State of Mobile Network Experience, mai 2020 [en anglais seulement])

  • Au Canada, on offre des vitesses de téléchargement mobile qui sont plus rapides que celles de tous les pays du G7 et de l’Australie et, notamment, 123 % plus rapides que les vitesses moyennes enregistrées aux États-Unis. (Opensignal, The State of Mobile Network Experience, 2020 [en anglais seulement])

  • Selon un sondage mené en août 2020 auprès de plusieurs pays, le Canada se classe deuxième au chapitre des vitesses de téléchargement 5G, avec une moyenne qui est 170 % plus rapide que celles des États-Unis. Le Canada se classe ainsi devant l’Allemagne, l’Australie, le Royaume-Uni et la Corée du Sud. (Opensignal, Benchmarking the Global 5G User Experience, août 2020 [en anglais seulement] – Les données tiennent compte des vitesses moyennes de téléchargement 4G et 5G, ainsi que de la durée de connexion avec les appareils.)

Couverture de réseaux

  • Quelque 99,5 % des Canadiens ont accès aux réseaux de la technologie d’évolution à long terme (LTE) qui offrent des vitesses bien plus élevées que toutes les générations de réseaux précédentes. À la fin de 2019, plus de 96 % des Canadiens avaient déjà accès aux réseaux de la LTE avancée (LTE-A), qui offrent des vitesses encore plus élevées que celles des réseaux LTE, ce qui représente une hausse de 13 point par rapport à l’année précédente. (CRTC, Rapport de surveillance des communications, 2020)

  • Au cours de la dernière décennie, la technologie 4G LTE s’est développée rapidement, et ce à la grandeur du Canada, offrant toujours une meilleure couverture (35 % plus vaste par rapport à 2013) et permettant ainsi de connecter 97,4 % des Canadiens dans les régions rurales en 2019. (CRTC, RSC, 2020)

  • À la fin de 2018, 88,8 % de toutes les principales artères et de toutes les grandes routes étaient couvertes par LTE. (CRTC, RSC, 2020)

  • En décembre 2020, le Canada comptait dix réseaux LTE, sept réseaux LTE-A et quatre réseaux 5G. (5G Americas/TeleGeography, 5G & LTE Deployments, 2020)

Investissement

Si le Canada est devenu un leader dans le domaine du sans-fil, c’est grâce aux importants investissements des entreprises de télécommunication. Ce sont elles qui ont construit et qui gèrent les réseaux de calibre mondial du Canada. Parmi ces entreprises, figurent Bell, Rogers, TELUS, Shaw/Freedom, Vidéotron, SaskTel, Eastlink, Xplore Mobile et Tbaytel.

Dépenses en capital et autres coûts

  • Les exploitants d’infrastructure sans fil du Canada ont investi plus de 72,3 milliards de dollars dans la construction des réseaux sans fil au Canada (c.-à-d. plus de 54,3 milliards en dépenses en capital depuis 1987, ainsi que 18 milliards dans frais pour droits de spectre). (Accenture, Investir dans l’infrastructure numérique du Canada, 2020)

  • En outre, les fournisseurs de services qui exploitent des infrastructures de télécommunications ont investi au moins 150,3 milliards de dollars en dépenses de capital dans le sans-fil depuis 1996. (Accenture, Investir dans l’infrastructure numérique du Canada, 2020) Note : Des investissements en dépenses de capital ont été faits dans le sans-fil avant 1996, mais il n’existe pas de données avant 1996.

  • En 2019, les fournisseurs de services qui exploitent des infrastructures de télécommunications ont investi plus de 10 milliards de dollars en dépenses de capital dans la connectivité sans fil et filaire, ainsi que versé 3,5 milliards pour l’acquisition de droits du spectre 600 MHz pour soutenir le déploiement des services 5G partout au Canada. (Accenture, Investir dans l’infrastructure numérique du Canada, 2020)

  • Au cours de la dernière décennie, l’industrie des télécommunications du Canada a dépassé les autres industries du monde et s’est hissé une place au premier rang des pays des G7 en matière d’investissement. Ses dépenses se chiffrent à 225 $ par habitant (comparativement à une moyenne de 156 $ pour les pays de l’OCDE). De plus, pour chaque dollar de revenu, l’industrie réinvestit 0,23 $ (comparativement à une moyenne de 0,15 $ pour les pays de l’OCDE). (BCG, In The Balance: Future-proofing Canada’s digital infrastructure to unlock benefits for all, 2019)

  • Par abonné, les dépenses en capital des exploitants d’infrastructures sans fil du Canada étaient 15 % plus élevées en 2019 qu’en 2015 et elles étaient plus élevées que celles de tout autre pays du G7 et des États-Unis. (CRTC, RSC, 2020; Bank of America Merrill Lynch, Global Wireless Matrix, avril 2020)

  • Entre 2020 et 2026, on prévoit que le Canada, et plus particulièrement les entreprises canadiennes de télécommunication, investira environ 26 milliards de dollars pour construire les réseaux 5 G. La grande majorité de ces investissements seront faits par les exploitants d’infrastructure. (Accenture, En route vers l’innovation, 2018)

  • Les exploitants de réseaux du Canada ont soutenu près de 83 % plus de coûts liés à la construction des réseaux que ne l’ont fait, en moyenne, les exploitants d’autres pays* et 34,1 % plus de coûts que ceux des États-Unis dans les quatre principaux secteurs de coûts (capital, main-d’œuvre, matériel et spectre). (Christensen Associates, Key cost Drivers of Mobile Wireless Services in Canada: Implications for Pricing, mars 2020 [en anglais seulement]) *Pays de référence : Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie et Australie.

Spectre

  • Au Canada, les coûts pour la capacité de spectre de bande sont 424 % plus élevés que la moyenne des pays de référence* et 65 % plus élevés qu’aux États-Unis. Les coûts pour la couverture de spectre de bande y sont pour leur part 201 % plus élevés que la moyenne des pays de référence et 556 % plus élevés qu’aux États-Unis (Christensen Associates, Key cost Drivers of Mobile Wireless Services in Canada, janvier 2020 [en anglais seulement]). *Pays de référence : Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie et Australie.

  • Depuis 1999, les exploitants d’infrastructure ont investi plus de 18 milliards de dollars dans les enchères de spectre pour bâtir l’infrastructure actuelle du sans-fil au Canada. (Accenture, Investir dans l’infrastructure numérique du Canada, 2020)

  • Les fournisseurs de services sans fil du Canada versent annuellement des droits de licence de plus de 180 millions de dollars, ce qui correspond à près des deux tiers de l’ensemble des droits recueillis par Industrie Canada auprès de l’ensemble des utilisateurs du spectre. (Statistiques obtenues par l’ACTS auprès d’ISDE)

  • En tout, les fournisseurs de services sans fil du Canada ont versé près de 3,7 milliards de dollars en droits de licence entre 1987 et 2018. (Statistiques obtenues par l’ACTS auprès d’ISDE)

  • Selon les données sur les droits de licence annuels, les fournisseurs de services du Canada versent au gouvernement du Canada un montant par abonné qui est 20 fois supérieur à celui versé aux États-Unis. (Statistiques obtenues par l’ACTS auprès d’ISDE et de la US Federal Communications Commission)

Recours accru des Canadiens aux services sans fil

Les services sans fil font désormais partie intégrante de la vie des Canadiens. Que ce soit pour rester en contact avec leurs familles ou leurs amis, pour avoir accès à du contenu ou pour travailler à distance, la plupart des Canadiens ne peuvent plus se passer de ces services.

  • En décembre 2020, on dénombrait 34,1 millions d’abonnés aux services sans fil au Canada. (Statistiques de l’ACTS, excluant les abonnés aux services des fournisseurs qui ne publient pas de données sur l’abonnement)

  • Au cours des cinq dernières années, on a enregistré 5,6 millions de nouveaux abonnés au Canada, une augmentation du taux de pénétration de l’ordre de 10 %. À la fin de 2019, ce taux de pénétration frisait les 90,9 %, soit 100 % des Canadiens de 10 ans et plus. (CRTC, RSC, 2020; Statistique Canada, Recensement)

  • Un nombre accru de Canadiens optent pour un appareil mobile (91 %) plutôt qu’une ligne terrestre (37,8 %) et un tiers des foyers sont abonnés exclusivement aux services sans fil. (CRTC, RSC, 2020; Aperçu du secteur des services de télécommunication, 2018)

Croissance continue et marquée de la consommation de données

Les Canadiens consomment plus de données mobiles que jamais. Pour répondre à cette demande, le Canada leur offre des réseaux sans fil de calibre mondial qui sont toujours plus vastes et rapides. Selon les prévisions, la croissance se poursuivra à long terme.

  • Les Canadiens achètent des plans offrant plus de données à large bande. En effet, en 2019, près de 60 % des abonnés sur mobile avaient un plan de données sans fil de 5 Go ou plus (comparativement à 40 % en 2018). (CRTC, RSC, 2020)

  • En 2019, le trafic de données mobile a connu une croissance de 42 % et atteint 1 704 pétaoctets (1,704,000,000 Go). (Accenture, Investir dans l’infrastructure numérique du Canada, 2020)

  • Parmi les abonnés à un forfait de données, on a noté une augmentation de la consommation de 16 % entre 2018 et 2019 (et de 45 % depuis 2017), pour une consommation totale moyenne de 2,9 Go de données par mois. (CRTC, RSC, 2020)

Meilleur rapport qualité-prix

Prix des forfaits

  • En 2019, beaucoup plus de la moitié des Canadiens (56,5 %) abonnés à un forfait avaient un plan de 5 Go de données mobile ou plus. (CRTC, RSC, 2020. Ces données ne tiennent pas compte du Grand Nord.)

  • Les prix à la consommation pour les services de téléphonie cellulaire ont pour leur part connu un recul de 14,8 % entre décembre 2019 et décembre 2020. (Statistique Canada, Telecommunications: Connecting Canadians, 2021)

  • Au Canada, on rapporte que le prix moyen d’un plan comportant des données illimitées pour les appels et les textos et 5 Go de données mobiles a baissé de 28,65 $ entre 2016 et 2019 (passant de 48,82 $ à 77,47 $, soit une baisse de 36,98 %), avec un taux de croissance annuel composé (TCAC) de -14,3 %. (CRTC, RSC, 2020)

  • Le déclin constant des prix est illustré dans le graphique suivant :

Prix par Go

  • Le revenu moyen d’un Go de données mobile a reculé de 18,9 % entre 2018 et 2019, et de 64 % entre 2015 et 2019. (CRTC, RSC, 2020)

  • Le recul constant des revenus par Go est illustré dans le graphique suivant :

(CRTC, RSC, 2020. Données publiques MB-S3.)

Valeur

  • Dans une étude indépendante préparée pour le compte de l’association américaine de l’industrie, la firme NERA Consulting a établi que le Canada se classait au premier rang en matière de « proposition de valeur ». Cette analyse tient compte des prix, des composantes des forfaits de services, de la qualité et de la couverture des réseaux et des caractéristiques du pays (pour les pays du G7 et l’Australie). On en conclut que les Canadiens en « reçoivent beaucoup plus pour leur argent » que les citoyens d’autres pays. (NERA Consulting, A Comparison of the Mobile Wireless Value Proposition, 2020 [en anglais seulement])

  • Sur la base des quatre principaux critères de rendement liés à l’expérience client (vitesse, accès, prix et latence), les forfaits de données illimitées offerts aux Canadiens figurent parmi les meilleurs en 2020, comparativement aux pays du G7 et l’Australie. (PwC, Understanding Affordability of Consumer Mobile Wireless Services in Canada: Addendum, janvier 2020 [en anglais seulement])

Rapports de l’industrie

Statistiques de l’industrie
Nombre d’abonnés au sans-fil au Canada: