Statistiques

Incidence sociale et économique

L’industrie canadienne du mobile sans fil a non seulement transformé la façon de communiquer, de travailler et de se divertir des Canadiens, mais elle a aussi énormément contribué à l’innovation et à la croissance économique, ainsi qu’à la lutte contre les changements climatiques.

Apport économique

Réduction de l’empreinte carbone du Canada

Réseaux sans fil de calibre mondial

Malgré le fait que la population canadienne soit dispersée sur un très vaste territoire, les entreprises de télécommunication du Canada ont bâti l’un des réseaux sans fil les plus rapides et fiables de la planète, qui s’étend dans toutes les provinces et dans tous les territoires. Les analystes de réseaux de la firme indépendante Opensignal ont décrit le Canada comme une « superpuissance mondiale du 4G ». Ils sont d’avis que « peu d’États dans le monde sont mieux préparés que le Canada pour déployer les réseaux 5G du futur ». (OpenSignal, State of Mobile Networks: Canada, février 2018 [en anglais seulement])

Rendement

  • Les abonnés des services sans fil au Canada jouissent de vitesses moyennes de téléchargement parmi les meilleures au monde, qui sont 28,7 % plus rapides que les moyennes mondiales. (Opensignal, The State of Mobile Network Experience, mai 2020 [en anglais seulement])

  • Au Canada, on offre des vitesses de téléchargement mobile qui sont plus rapides que celles de tous les pays du G7 et de l’Australie et, notamment, 123 % plus rapides que les vitesses moyennes enregistrées aux États-Unis. (Opensignal, The State of Mobile Network Experience, 2020 [en anglais seulement])

  • Selon un sondage mené en août 2020 auprès de plusieurs pays, le Canada se classe deuxième au chapitre des vitesses de téléchargement 5G, avec une moyenne qui est 170 % plus rapide que celles des États-Unis. Le Canada se classe ainsi devant l’Allemagne, l’Australie, le Royaume-Uni et la Corée du Sud. (Opensignal, Benchmarking the Global 5G User Experience, août 2020 [en anglais seulement] – Les données tiennent compte des vitesses moyennes de téléchargement 4G et 5G, ainsi que de la durée de connexion avec les appareils.)

Couverture de réseaux

  • Quelque 99,3 % des Canadiens ont accès aux réseaux de la technologie d’évolution à long terme (LTE) qui offrent des vitesses bien plus élevées que toutes les générations de réseaux précédentes. À la fin de 2018, plus de 94,9 % des Canadiens avaient déjà accès aux réseaux de la LTE avancée (LTE-A), qui offrent des vitesses encore plus élevées que celles des réseaux LTE, ce qui représente une hausse de 3 % par rapport à l’année précédente. (CRTC, Rapport de surveillance des communications 2019 : Secteur des services mobiles de détail, 2019)

  • Au cours de la dernière décennie, la technologie 4G LTE s’est développée rapidement, et ce à la grandeur du Canada, offrant toujours une meilleure couverture (35 % plus vaste par rapport à 2013) et permettant ainsi de connecter 96,5 % des Canadiens dans les régions rurales en 2018. (CRTC, Rapport de surveillance des communications, 2019)

  • À la fin de 2018, 87,2 % de toutes les principales artères et de toutes les grandes routes étaient couvertes par LTE. (CRTC, Rapport de surveillance des communications, 2019 – À l’exclusion du Grand Nord.)

Investissement

Si le Canada est devenu un leader dans le domaine du sans-fil, c’est grâce aux importants investissements des entreprises de télécommunication. Ce sont elles qui ont construit et qui gèrent les réseaux de calibre mondial du Canada. Parmi ces entreprises, figurent Bell, Rogers, TELUS, Shaw/Freedom, Vidéotron, SaskTel, Eastlink, Xplore Mobile et Tbaytel.

Dépenses en capital et autres coûts

  • Les exploitants d’infrastructure sans fil du Canada ont investi plus de 70 milliards de dollars dans la construction des réseaux sans fil au Canada (c.-à-d. plus de 50 milliards en dépenses en capital entre 1987 et avril 2019, ainsi que 17,6 milliards dans l’achat de spectre et le reste, en droits de licence de spectre). (Données historiques provenant de Nordicity, du CRTC, de l’ACTS et BAML)

  • Entre 2020 et 2026, on prévoit que le Canada, et plus particulièrement les entreprises canadiennes de télécommunication, investira environ 26 milliards de dollars pour construire les réseaux 5 G. La grande majorité de ces investissements seront faits par les exploitants d’infrastructure. (Accenture, En route vers l’innovation, 2018)

  • Les exploitants de réseaux du Canada ont soutenu près de 83 % plus de coûts liés à la construction des réseaux que ne l’ont fait, en moyenne, les exploitants d’autres pays* et 34,1 % plus de coûts que ceux des États-Unis dans les quatre principaux secteurs de coûts (capital, main-d’œuvre, matériel et spectre). (Christensen Associates, Key cost Drivers of Mobile Wireless Services in Canada: Implications for Pricing, mars 2020 [en anglais seulement]) *Pays de référence : Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie et Australie.

Spectre

  • Grâce aux fournisseurs de services sans fil, le gouvernement du Canada a profité de revenus en droits d’adjudication de fréquence de l’ordre de 17,6 milliards de dollars entre 1987 et 2019. (Innovation, Sciences et Développement économique Canada [ISDE], gouvernement du Canada)

  • Au Canada, les coûts pour la capacité de spectre de bande sont 424 % plus élevés que la moyenne des pays de référence* et 65 % plus élevés qu’aux États-Unis. Les coûts pour la couverture de spectre de bande y sont pour leur part 201 % plus élevés que la moyenne des pays de référence et 556 % plus élevés qu’aux États-Unis (Christensen Associates, Key cost Drivers of Mobile Wireless Services in Canada, janvier 2020 [en anglais seulement]). *Pays de référence : Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie et Australie.

  • Les fournisseurs de services sans fil du Canada versent annuellement des droits de licence de plus de 180 millions de dollars, ce qui correspond à près des deux tiers de l’ensemble des droits recueillis par Industrie Canada auprès de l’ensemble des utilisateurs du spectre. (Statistiques obtenues par l’ACTS auprès d’ISDE)

  • En tout, les fournisseurs de services sans fil du Canada ont versé près de 3,7 milliards de dollars en droits de licence entre 1987 et 2018. (Statistiques obtenues par l’ACTS auprès d’ISDE)

  • Selon les données sur les droits de licence annuels, les fournisseurs de services du Canada versent au gouvernement du Canada un montant par abonné qui est 20 fois supérieur à celui versé aux États-Unis. (Statistiques obtenues par l’ACTS auprès d’ISDE et de la US Federal Communications Commission)

Recours accru des Canadiens aux services sans fil

Les services sans fil font désormais partie intégrante de la vie des Canadiens. Que ce soit pour rester en contact avec leurs familles ou leurs amis, pour avoir accès à du contenu ou pour travailler à distance, la plupart des Canadiens ne peuvent plus se passer de ces services.

  • En septembre 2020, on dénombrait 33,8 millions d’abonnés aux services sans fil au Canada. (Statistiques de l’ACTS, excluant les abonnés aux services des fournisseurs qui ne publient pas de données sur l’abonnement)

  • Au cours des cinq dernières années, on a enregistré cinq millions de nouveaux abonnés au Canada, une augmentation du taux de pénétration de l’ordre de 10 %. À la fin de 2019, ce taux de pénétration frisait les 90 %, soit 100 % des Canadiens de 10 ans et plus. (Statistiques de l’ACTS et de Statistique Canada, Recensement de la population)

  • Un nombre accru de Canadiens optent pour un appareil mobile (90,18 %) plutôt qu’une ligne terrestre (41,25 %) et 36 % des foyers sont abonnés exclusivement aux services sans fil. (CRTC, Rapport de surveillance des communications : Aperçu du secteur des services de télécommunication, 2018; Services de communication dans les ménages canadiens, 2019)

Croissance continue et marquée de la consommation de données

Les Canadiens consomment plus de données mobiles que jamais. Pour répondre à cette demande, le Canada leur offre des réseaux sans fil de calibre mondial qui sont toujours plus vastes et rapides. Selon les prévisions, la croissance se poursuivra à long terme.

  • Parmi les abonnés à des forfaits, on a noté une augmentation de la consommation de données de 23,4 % entre 2017 et 2018, pour un total moyen de 2,5 Go de données par mois. En 2018, l’ensemble des abonnés à des services sans fil au Canada ont consommé 26,3 % plus de données par mois qu’en 2017, ce qui représente une hausse de la consommation mensuelle de 232 % par rapport à 2014. (CRTC, Rapport de surveillance des communications, 2019)

  • Depuis l’introduction des forfaits à données illimitées, la consommation moyenne de données a doublé entre 2018 et 2020, alors que le coût par Go de données était 50 % moins élevé en 2020 qu’en 2018. (PwC, Understanding Affordability of Consumer Mobile Wireless Services in Canada: Addendum, janvier 2020 [en anglais seulement])

Meilleur rapport qualité-prix

Prix des forfaits

  • Parmi les forfaits examinés, on a noté un recul des prix entre 2016 et 2018 de l’ordre de 28 %, y compris, par exemple, des forfaits de la catégorie appels, textos et 5 Go de données dont le prix avait chuté de 35 % en moyenne. (CRTC, Rapport de surveillance des communications, 2019)

  • Entre mai 2019 et septembre 2019, les prix moyens pour un forfait de 1 Go, de 2 Go et de 5 Go ont reculé de 42 %, de 29 % et de 25 %, respectivement. (ISED, Price Comparisons of Wireline, Wireless and Internet Services in Canada and with Foreign Jurisdictions, édition 2019 [en anglais seulement])

  • À partir de juin 2019, les fournisseurs de services sans fil du Canada ont commencé à offrir des forfaits de données illimitées. Ces plans comprennent un nombre fixe de données (p. ex., 10 Go, 20 Go, etc.) à une vitesse maximale. Une fois dépassé ce nombre de données, la vitesse est réduite sans toutefois qu’il n’y ait de coûts supplémentaires associés aux données additionnelles. Freedom Mobile avait lancé le bal de ces nouveaux types de forfaits en 2018 avec ses plans Big Gig. D’autres fournisseurs régionaux et sous-marques proposent de tels forfaits, qui comportent beaucoup de données et aucuns frais d’utilisation excédentaire.

Prix par Go

  • Le prix des données mobile par Go a reculé de 56 % entre 2015 et 2018. (CTRC, Rapport de surveillance des communications, 2016-2019)

  • Au cours des deux dernières années, les prix par Go annoncés ont aussi reculé de 62 % (pour les grandes marques) et de 49 % (sous-marques) pendant la période de promotion de la rentrée scolaire. (Scotiabank, présentation aux investisseurs, septembre 2020)

Valeur

  • Dans une étude indépendante préparée pour le compte de l’association américaine de l’industrie, la firme NERA Consulting a établi que le Canada se classait au premier rang en matière de « proposition de valeur ». Cette analyse tient compte des prix, des composantes des forfaits de services, de la qualité et de la couverture des réseaux et des caractéristiques du pays (pour les pays du G7 et l’Australie). On en conclut que les Canadiens en « reçoivent beaucoup plus pour leur argent » que les citoyens d’autres pays. (NERA Consulting, A Comparison of the Mobile Wireless Value Proposition, 2020 [en anglais seulement])

  • Sur la base des quatre principaux critères de rendement liés à l’expérience client (vitesse, accès, prix et latence), les forfaits de données illimitées offerts aux Canadiens figurent parmi les meilleurs en 2020, comparativement aux pays du G7 et l’Australie. (PwC, Understanding Affordability of Consumer Mobile Wireless Services in Canada: Addendum, janvier 2020 [en anglais seulement])

Rapports de l’industrie

Statistiques de l’industrie
Nombre d’abonnés au sans-fil au Canada: